Des nationalistes japonais débarquent sur l'île de Senkaku-Diaoyu

— 

Plusieurs militants nationalistes japonais ont débarqué dimanche sur les îles rocheuses de Senkaku-Diaoyu, en mer de Chine orientale, théâtre d'une brûlante querelle territoriale entre la Chine et le Japon. Neuf militants japonais, sur un groupe qui en compte plus d'une centaine, sont arrivés dimanche matin à la nage après avoir fait route par bateau, sur l'archipel des îles Senkaku, leur nom japonais (Diaoyu en chinois), avant d'agiter des drapeaux japonais en signe de défi.

Trois navires de gardes-côtes japonais se tenaient à proximité, a constaté un journaliste de Reuters TV. Les neuf activistes ont ensuite regagné les bateaux avant d'être interrogés par des responsables des douanes japonaises. Le gouvernement japonais a nié avoir permis au groupe d'accoster sur ces îles, qu'il loue auprès de particuliers japonais. Parmi les militants se trouvaient plusieurs membres du parlement japonais. «Nous espérons faire savoir à la fois à la Chine et au peuple japonais que les Senkaku font partie de notre territoire», a déclaré Toshio Tamogami, l'un des meneurs.

Cet incident intervient deux jours après que cinq militants et deux journalistes chinois, arrêtés mercredi par les autorités japonaises sur les mêmes îlots, ont été reconduits dans leur pays. Ces militants, qui avaient agité un drapeau chinois une fois débarqués, avaient réaffirmé la souveraineté de la Chine sur l'archipel et dénoncé le comportement du Japon. Tokyo et Pékin se disputent depuis des décennies ces îles et rochers situés près de Taïwan, dans un secteur qui pourrait receler d'importantes réserves de gaz naturel.