Qu'est-ce que la Finul?

— 

La Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) a été créée en mars 1978 quelques jours après l'invasion du Liban sud par les troupes israéliennes.
Etablie en 1978 pour vérifier le retrait d'Israël du sud du Liban, la Finul a son quartier général à Naqoura, dans le sud du Liban. Ses effectifs ont été fixés au départ à 6.000 hommes, puis portés à 7.000 en 1982.
Au 31 décembre 2005, la Finul comptait 1.989 militaires aidés par 51 observateurs militaires de l'Onust (Organisme de l'Onu chargé de la surveillance de la trêve en Palestine). Elle employait aussi 390 agents civils.
La Finul a été constituée aux termes de la résolution 425 adoptée le 19 mars 1978 par le Conseil de sécurité de l'Onu après une attaque israélienne d'envergure contre le Liban, baptisée "opération Litani" et destinée, selon Israël, à protéger le nord de son territoire des combattants de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).
Le même jour, le Conseil de sécurité adoptait une seconde résolution, la 426, établissant la Finul pour une période initiale de six mois, régulièrement renouvelée depuis.
La mission de la Finul est de "confirmer le retrait des forces israéliennes, de rétablir la paix et la sécurité internationales et d'aider le gouvernement libanais à assurer la restauration de son autorité effective dans la région" du sud du Liban.
Sommé par le Conseil de sécurité (résolution 425) "de cesser immédiatement son action militaire (...) et de retirer sans délai ses forces de tout le territoire libanais", Israël conserve en 1978 une bande frontalière censée servir de bouclier face aux attaques palestiniennes.
En 1982, les troupes israéliennes sont allées jusqu'à Beyrouth, avant de se retirer partiellement du pays en 1985 tout en gardant le contrôle d'une bande frontalière de 850 km2, le long de la frontière, avec l'Armée du Liban sud (milice auxiliaire d'Israël).
C'est en août 2000 que la Finul, jusque là témoin impuissant face à Israël dans le sud du Liban, s'est déployée à la frontière avec Israël après la fin de l'occupation israélienne, en mai 2000, exécutant la mission que lui avait assignée l'Onu il y a 22 ans.
Le 31 janvier 2006, le Conseil de sécurité a prorogé de six mois, jusqu'au 31 juillet, le mandat de la Finul, qui était arrivé à expiration, et de nouveau appelé à l'exercice par le gouvernement libanais de sa souveraineté sur la totalité de son territoire, notamment sur le sud.
Dans son rapport, le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan indiquait que la Finul se concentrerait sur la partie de son mandat qui reste à accomplir, à savoir "le rétablissement de la paix et de la sécurité internationales en observant, surveillant et rapportant les faits nouveaux se produisant dans sa zone d'opérations et en servant d'intermédiaire entre les parties pour maintenir le calme".
Les Casques bleus se sont souvent reconvertis en démineurs, secouristes ou "travailleurs humanitaires", assistant les villageois dans leur vie quotidienne.
La Finul a perdu depuis sa création plus de 250 hommes, dont plus de 80 dans des attaques.