Russie: Des généraux critiquent Medvedev sur la guerre en Géorgie

Reuters

— 

Un groupe de généraux russes à la retraite, parmi lesquels l'ancien chef d'état-major des forces armées Iouri Balouïevski, accusent Dmitri Medvedev, alors président, d'avoir fait preuve d'indécision lors de la guerre contre la Géorgie en août 2008.

A l'occasion du quatrième anniversaire du conflit, ils s'expriment dans un documentaire diffusé sur internet et intitulé «La journée perdue», qui présente Medvedev comme un «faible» face à l'énergique Vladimir Poutine, «un vrai chef».

Lors de l'élection présidentielle de mars, Poutine a été élu pour un nouveau mandat à la présidence.

«Fusible» de Poutine

Medvedev a pris le poste de Premier ministre et des analystes se demandent si les critiques des généraux ne visent pas à le marginaliser un peu plus afin qu'il puisse servir si nécessaire de «fusible» à Poutine au cas où la situation économique se détériorerait.

«Les 'faucons' du Kremlin attaquent Medvedev car ils l'accusent d'avoir trop flirté avec les libéraux, ce qui a conduit aux manifestations des derniers mois», explique aussi l'analyste Pavel Saline.

La Russie avait envoyé en août 2008 son armée dans la région sécessionniste géorgienne d'Ossétie du Sud, que les forces de Tbilissi venaient d'attaquer.

«De mon point de vue, le commandant en chef (Medvedev) aurait dû ordonner tout de suite d'agir en accord avec les plans», dit Balouïevski dans le documentaire. «C'était l'ordre le plus important et il a été donné avec un énorme retard.»

Au moment de l'attaque, Poutine, alors Premier ministre, se trouvait aux Jeux olympiques de Pékin.

«Je suis persuadé que tout le monde ici (à Moscou), pour parler poliment, avait peur de quelque chose... Jusqu'à ce que Vladimir Vladimirovitch (Poutine) à Pékin prenne les choses en main», ajoute l'ancien chef d'état-major.

Medvedev se défend

Balouïevski, qui est aujourd'hui conseiller au Conseil de sécurité nationale présidé par Poutine, avait été limogé par Medvedev deux mois avant la guerre de Géorgie.

Vladimir Poutine a expliqué mercredi que les plans russes en cas d'attaque géorgienne contre l'Ossétie du Sud avaient été mis au point par l'état-major général entre fin 2006 et début 2007.

Dmitri Medvedev, pour sa part, a défendu son action à l'époque.

«Cette décision (d'envoyer l'armée en Géorgie) a été prise à temps, suffisamment vite, et nous avons réussi à éviter de plus lourdes pertes. J'ai pris la décision qui a rétabli l'équilibre et ramené la paix», a-t-il dit mercredi en arrivant à Tskhinvali, la capitale de l'Ossétie du Sud, pour participer aux cérémonies marquant le quatrième anniversaire du conflit.