Côte d'Ivoire: Un barrage de l'armée attaqué

Reuters

— 

Des inconnus ont attaqué un barrage de l'armée ivoirienne mercredi au nord d'Abidjan, causant des blessures graves à un soldat et la disparition d'un autre, a déclaré un haut responsable militaire. Cette attaque s'inscrit dans une série d'assauts mortels ces derniers jours contre l'armée et la police. Le gouvernement a attribué ces raids, qui ont causé la mort de dix soldats à Abidjan depuis dimanche, à des fidèles de l'ancien président Laurent Gbagbo.

«Je confirme les attaques perpétrées sur un poste d'Agboville tôt ce matin par des assaillants, mais nous ne savons rien de leurs intentions ni de leur identité», a déclaré le colonel Moussa Cherif, commandant adjoint de l'armée.

3.000 morts lors de la guerre civile

«Il y a un blessé grave et un disparu. Nous ne savons pas s'il a été tué ou enlevé par les agresseurs», a-t-il précisé à propos de cette attaque perpétrée à l'entrée d'Agboville, située à 75 km au nord d'Abidjan.

Cette recrudescence des violences fait craindre un retour de l'instabilité en Côte d'Ivoire, alors que le pays émerge tout juste d'une décennie de crise politique qui s'est terminée l'an passé par une brève mais sanglante guerre civile.

Près de 3.000 personnes ont été tuées au cours de ce conflit, qui avait éclaté après le refus du président Gbagbo de reconnaître la victoire de son rival Alassane Ouattara à l'élection présidentielle de novembre 2010.