Certains otages iraniens en Syrie sont des soldats retraités, reconnaît l'Iran

Avec Reuters

— 

Le ministre iranien des Affaires étrangères annonce mercredi que plusieurs ressortissants iraniens enlevés par des rebelles syriens sont des soldats ou des gardiens de la Révolution à la retraite. «Certains faisaient partie du Corps des gardiens de Révolution islamique et sont des retraités de l'armée. Les autres appartiennent à différentes administrations», indique Ali Akbar Salehi cité par l'agence de presse Isna, tout en démentant tout lien entre les prisonniers et l'armée.

Les insurgés syriens ont enlevé samedi 48 ressortissants iraniens qui circulaient dans un bus, soupçonnant ceux-ci d'être des personnels militaires. La déclaration de Salehi intervient après sa visite en Turquie mardi où il a demandé à Ankara de faire jouer ses relations avec les opposants syriens afin d'obtenir la libération de ses compatriotes.

Salehi a répété que certains ex-fonctionnaires du gouvernement iranien s'étaient engagés à faire un pélérinage à Damas et qu'ils n'avaient pas été dépêchés en Syrie sur ordre de Téhéran pour aider à la répression menée par l'armée de Bachar al Assad.