Israël aura beaucoup de mal à sécuriser sa frontière

©2006 20 minutes

— 

Les Israéliens réussiront-t-ils à se débarrasser du Hezbollah ? Pour Georges Corm, ancien ministre libanais de l'Economie, « ils peuvent le faire mais au prix d'un bain de sang ». Avec plus de 140 civils tués et près de 350 blessés, en cinq jours, le bilan est déjà lourd pour le Liban. Le blocus mis en place par Tsahal pourrait néanmoins permettre le désarmement effectif de la milice chiite.

Mais, ensuite, que fera Israël pour sécuriser sa frontière ? « D'autres mouvements naîtront, encore plus hostiles », promet Georges Corm. De fait, difficile d'oublier que le Hezbollah a justement vu le jour au lendemain de l'offensive israélienne de 1982, destinée à déloger Yasser Arafat du pays. Difficile aussi d'oublier que, derrière le Hezbollah, il y a la Syrie et, surtout, l'Iran, les principaux régimes chiites de la région. Pour le député druze libanais Walid Joumblatt, le conflit actuel s'apparente à « une guerre iranienne au Liban ». Mais les pays arabes ne cachent pas leur désapprobation. Ils dénoncent l'« aventurisme » du Hezbollah. Une première concernant Israël. Ces déclarations révèlent l'inquiétude des voisins sunnites face à la montée en puissance des chiites dans la région. Il est donc probable que le sort du Hezbollah les préoccupe finalement assez peu.

M. H.