Yémen: Un attentat suicide fait 35 morts dans le sud du pays

Reuters

— 

Un attentat suicide lors d'une veillée mortuaire a fait 35 morts et des dizaines de blessés parmi des miliciens tribaux dans la ville de Djaar, dans le sud du Yémen, a-t-on appris ce dimanche auprès de médecins et de responsables.

Le kamikaze visait apparemment le commandant des Comités populaires, un groupe de miliciens tribaux qui a soutenu une offensive de l'armée yéménite contre les militants islamistes d'Ansar al Charia, liés à Al Qaïda, en juin dans la province d'Abyan, offensive que le gouvernement avait qualifiée de victoire majeure.

Le nombre total des morts est passé de 25 à 35 pendant la nuit. La plupart sont décédés à l'hôpital, a déclaré un responsable local. Le chef d'un groupe local combattant Al Qaïda, Abdoul Latif al Sayed, a été blessé et hospitalisé. Deux de ses frères ont péri.

Les Etats-Unis et l'Arabie saoudite considèrent le Yémen comme une des lignes de front de leur combat contre Al Qaïda et les organisations qui lui sont affiliées. A l'est d'Abyan, un drone américain a tiré sur un véhicule qui transportait des activistes présumés dans la province de Hadramout, tuant ses trois passagers.

Les corps noircis par le feu des trois hommes (du groupe activiste) Ansar al Charia ont été retrouvés et la voiture dans laquelle ils se trouvaient a été détruite, a indiqué le responsable.
Ansar al Charia (Les Partisans de la loi coranique) s'est emparé de plusieurs localités de la province d'Abyan en 2011 en profitant des difficultés du président de l'époque, Ali Abdallah Saleh, alors aux prises avec des manifestations importantes qui ont finalement provoqué son départ en février dernier.

Les Etats-Unis ont soutenu l'offensive de l'armée yéménite pour déloger les combattants islamistes de leurs places-fortes en juin, mais, selon des habitants et des analystes, les activistes se font simplement discrets en attendant une occasion de pouvoir se regrouper.
La semaine dernière, des activistes ont attaqué un commissariat à Djaar, tuant quatre policiers et en blessant un cinquième.

Fin juillet, des activistes ont lancé une offensive sur le village de Batias, au nord de Djaar.