La Slovaquie veut l'extradition du criminel nazi Laszlo Csatary

Avec Reuters

— 

Le ministre slovaque de la Justice veut que Budapest remette à son pays le criminel de guerre hongrois Laszlo Csatary, condamné par contumace en 1948 pour avoir torturé et déporté des Juifs vers le camp d'extermination d'Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale. Laszlo Csatary, qui est âgé de 97 ans, était pendant la guerre l'un des responsables de la police de la ville de Kosice, située dans l'est de la Slovaquie.

Arrêté le 18 juillet par les autorités hongroises et placé en résidence surveillée à Budapest, il rejette les accusations portées contre lui. «Nous avons une des dernières chances de punir les crimes de la Seconde Guerre mondiale», a déclaré lundi à la presse le ministre slovaque de la Justice, Tomas Borec. Il a ajouté avoir «un intérêt personnel» à ce que Laszlo Csatary soit extradé vers la Slovaquie et emprisonné. Il a précisé qu'un tribunal de Kosice avait été saisi pour traiter cette affaire.

Perpétuité encourue en cas d'extradition

Le centre Simon-Wiesenthal a indiqué avoir fourni les preuves à la Hongrie que Laszlo Csatary avait aidé à organiser la déportation d'environ 16.000 Juifs de Kosice vers le camp d'Auschwitz en Pologne. Selon une décision datée du 8 juin 1948 et mise en ligne sur le site du ministère slovaque de la Justice, Laszlo Csatary a été reconnu coupable de déportations vers les camps nazis ainsi que de mauvais traitements, tortures et meurtres en 1944. Il a été condamné à mort par contumace.

La Tchécoslovaquie, dont faisait partie la Slovaquie jusqu'en 1993, a aboli la peine de mort en 1990, trois avant la partition du pays entre la République tchèque et la Slovaquie. Si Laszlo Csatary est extradé, sa condamnation pourrait être commuée en réclusion criminelle à perpétuité.