L'ancien majordome du pape lui demande pardon pour «Vatileaks»

Reuters

— 

L'ancien majordome du pape Benoît XVI, Paolo Gabriele, arrêté en mai pour avoir divulgué des documents confidentiels dénonçant la corruption au sein du Saint-Siège, a écrit une lettre au souverain pontife pour lui demander pardon, a annoncé ce mardi son avocat.

Paolo Gabriele, âgé de 46 ans, a été arrêté le 23 mai et assigné à résidence samedi après 60 jours de détention dans une «petite pièce sécurisée» du commissariat de la cité papale. «Paolo a écrit une lettre au pape lui demandant de le pardonner, surtout pour la peine qu'il lui a causée», a déclaré son avocat Carlo Fusco à Reuters. La lettre sollicite «le type de pardon que l'on demanderait à un ami, un pardon spirituel, personnel», a ajouté Carlo Fusco.

Jugé pour vol aggravé

Paolo Gabriele, qui possède la double nationalité italo-vaticane, aidait le pape à s'habiller, lui servait ses repas, et l'accompagnait à l'avant de la «papamobile». Il a été arrêté lorsque la police a découvert de multiples documents sensibles sur le Saint-Siège dans l'appartement où il vivait avec sa femme et ses enfants, au Vatican. Il est accusé, dans le cadre du scandale VatiLeaks, d'avoir divulgué ces documents évoquant des cas de corruption et des querelles sur la direction de la banque du Vatican.

Carlo Fusco s'attend à ce que la justice vaticane demande à l'issue de l'enquête que Paolo Gabriele soit jugé pour vol aggravé. L'ancien majordome encourt six ans de prison, mais les charges qui pèsent contre lui pourraient être aggravées à l'issue de l'enquête du procureur.

S'il est condamné, Carlo Fusco adressera très certainement au pape une demande de grâce individuelle et, s'il le fait, le pape devrait la lui accorder, selon des sources au sein du Vatican. Si la grâce lui est refusée, il purgera sa peine dans une prison italienne, en vertu des accords bilatéraux entre le Vatican et l'Italie.