Kosovo: Ban Ki-moon préoccupé par les tensions dans le nord, à majorité serbe

avec AFP

— 

Ban Ki-moon, s'est déclaré mardi "préoccupé" par les tensions dans le nord du Kosovo, où les Serbes sont majoritaires, au cours de la première visite d'un secrétaire général de l'ONU dans cette ancienne province serbe, depuis la proclamation unilatérale de son indépendance en 2008.
Ban Ki-moon, s'est déclaré mardi "préoccupé" par les tensions dans le nord du Kosovo, où les Serbes sont majoritaires, au cours de la première visite d'un secrétaire général de l'ONU dans cette ancienne province serbe, depuis la proclamation unilatérale de son indépendance en 2008. — Armend Nimani afp.com

Ban Ki-moon, s'est déclaré ce mardi «préoccupé» par les tensions dans le nord du Kosovo, où les Serbes sont majoritaires, au cours de la première visite d'un secrétaire général de l'ONU dans cette ancienne province serbe, depuis la proclamation unilatérale de son indépendance en 2008.

«Je suis préoccupé par la situation dans le nord du Kosovo et l'escalade des tensions depuis un an», a déclaré Ban Ki-moon à la presse à son arrivée à l'aéroport de Pristina. «Il est essentiel que les questions complexes liées au nord du Kosovo soient résolues par un dialogue pacifique», a-t-il ajouté.

«Normalisation des relations»

La Serbie s'oppose fermement à l'indépendance du Kosovo, territoire peuplé de deux millions d'habitants, majoritairement d'origine albanaise. Belgrade encourage les quelque 120.000 Serbes, qui y vivent toujours, à braver les autorités de Pristina.

Les tensions sont particulièrement fortes dans le nord -région adossée à la Serbie quasi exclusivement peuplée de Serbes-, notamment dans la ville divisée de Kosovska Mitrovica qui a souvent été le théâtre d'incidents.

Ban Ki-moon, qui arrivait à Pristina en provenance de Belgrade, a demandé aux autorités kosovares et à celles de Serbie de déployer «des efforts soutenus en faveur de la normalisation des relations». Il s'est ensuite entretenu avec la présidente du Kosovo, Atifete Jahjaga, et le Premier ministre, Hashim Thaçi, et devait rencontrer des responsables de la Mission de l'ONU au Kosovo.