Le Premier ministre portugais place l'austérité avant le succès électoral

Reuters

— 

Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho a fait savoir qu'il préférait subir un revers électoral plutôt que d'abandonner sa politique d'austérité mise en oeuvre en échange du plan d'aide accordé à Lisbonne par l'UE et le FMI.

«La voie que nous suivons actuellement n'est ni bonne ni mauvaise, c'est la seule voie possible», a-t-il déclaré à des députés de son parti, le Parti social démocrate (PSD), tard lundi soir lors d'une réunion retransmise à la télévision.

«Si un jour nous devions perdre les élections au Portugal pour sauver le pays, alors, comme ils disent, que les élections aillent au diable», a-t-il ajouté. Le Portugal a obtenu en mai 2011 un plan d'aide de 78 milliards d'euros de la part de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI).

En échange de ce soutien financier, le pays doit entreprendre une cure d'austérité sous l'autorité du gouvernement de coalition de centre-droit issu des élections législatives de juin 2011 remportées par le PSD. Les prochaines élections générales ne se tiendront pas avant trois ans mais des élections régionales sont prévues cette année dans les Açores avant des élections municipales en 2013.