Les principaux points du Plan d'action de la conférence de Rabat sur l'immigration

— 

 Voici les principaux points du Plan d'action adopté mardi par la conférence de Rabat sur la Migration et le développement à laquelle ont participé les ministres des 57 pays européens et africains après deux jours de travaux :

Principales recommandations sur le développement:
- La réalisation de projets de coopération dans certains domaines générateurs d'emploi (agriculture, artisanat, tourisme, pêche), ciblant notamment les zones de forte immigration, et en particulier entre l'Afrique du nord, de l'ouest et du centre.
- Réduction des coûts de transfert de l'épargne des immigrés vers leur pays d'origine (...) et en renforçant leur potentiel de développement, tout en les rendant plus productifs.
- Favoriser l'acquisition des compétences par l'élargissement de l'accès des étudiants africains aux universités, instituts et grandes écoles africaines et européennes.
- Définir des mesures pour éviter la fuite des cerveaux et pour faciliter le retour de ces étudiants dans leur pays d'origine à la fin de leurs études.

Principales recommandations sur la migration légale:
- Promouvoir la mise en place des dispositifs de lutte contre les discriminations.
- Engager une réflexion commune sur l'exportabilité des droits à la retraite des migrants.
- Faciliter et simplifier, sur une base bilatérale et volontaire tenant compte de besoins des marchés du travail, les procédures de la migration légale pour la main d'oeuvre qualifiée et non-qualifiée, afin d'améliorer les voies légales de migration.

Principales recommandations sur l'immigration irrégulière:
- Mise en place, dans le respect de la dignité et des droits fondamentaux des personnes, de systèmes efficaces de réadmission entre l'ensemble des pays concernés.
- Coopération en vue de doter les pays concernés d'une base de données numérisée destinée à lutter efficacement contre l'immigration irrégulière.

Principales recommandations sur la coopération opérationnelle policière et judiciaires et aide aux victimes:
- Renforcement de la coopération en matière judiciaire et policière contre la traite des êtres humains et contre les filières d'immigration illégale.
- Identification et renforcement des mécanismes de coopération et, le cas échéant, d'action conjointe entre les pays d'origine, de transit et de destination, y compris la coopération maritime, terrestre et aérienne.

Cadre et suivi institutionnel:
- Mise en place d'un comité de suivi en vue d'assurer la bonne mise en oeuvre du plan d'action et la cohérence des actions et des politiques des différentes institutions concernées (le 5+5, CEDEAO, EUROMED).
- Soutien à la création d'un observatoire euro-africain de la migration en vue de permettre une meilleure connaissance et une meilleure régulation des flux migratoires et de répondre aux mieux aux défis de la gestion des flux migratoires irréguliers et de la lutte contre les différents trafics associés à la problématique migratoire.