Six condamnations par le TPI, onze ans après le massacre de Srebrenica

— 

Onze ans après le massacre de Srebrenica, le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie n'a condamné que six des 19 inculpés, et les deux principaux responsables présumés sont toujours en fuite.
Voici un point sur la situation de ces 19 inculpés.

En fuite :
Le responsable politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic et son chef militaire Ratko Mladic figurent en haut de la liste des inculpés les plus réclamés par le TPI. Ce sont les deux principaux accusés pour le massacre de Srebrenica, inculpés notamment de génocide pour avoir mené une campagne de "purification ethnique" contre les non-Serbes pendant la guerre de Bosnie. Karadzic serait dans la partie serbe de Bosnie. Mladic serait en Serbie.
Un troisième fugitif, Zdravko Tolimir, est un ancien membre du haut commandement de l'armée des Serbes de Bosnie, accusé de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour avoir supervisé plusieurs exécutions massives aux alentours de Srebrenica.

Condamnés :
Le Serbe de Bosnie de plus haut rang déjà condamné pour ce massacre est Radislav Krstic, le général qui a dirigé l'attaque contre l'enclave. Sa condamnation pour participation à un génocide a été confirmée en appel en avril 2004. Il purge une peine de 35 ans de prison.
Dans son verdict en appel, le TPI a confirmé qu'un génocide avait eu lieu à Srebrenica, un point important de jurisprudence.
En janvier 2005, le colonel Vidoje Blagojevic fut le deuxième condamné pour Srebrenica. Il purge une peine de 18 ans de prison, tandis que son coinculpé Dragan Jokic s'est vu infliger une peine de 9 ans pour crimes et crimes contre l'humanité. Tous deux ont fait appel, et la procédure est en cours.
En décembre 2003, les officiers de l'armée des Serbes de Bosnie Dragan Obrenovic et Momir Nikolic, qui plaidaient chacun coupable de participation au massacre, ont été condamnés à 17 et 27 ans de prison respectivement. En appel, la peine de Nicolic a été réduite à 20 ans de prison.
Le premier condamné pour Srebrenica fut Drazen Erdemovic, ancien soldat de l'armée des Serbes de Bosnie, qui plaidait coupable. Il a été condamné en 1998 à 5 ans de prison, et a été libéré en 2000 après avoir purgé sa peine en Norvège.

Mort pendant le procès :
Avant de mourir en détention le 11 mars, l'ancien président yougoslave Slobodan Milosevic comparaissait devant TPI pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité en raison de son rôle dans les conflits qui ont ensanglanté la Bosnie, la Croatie et le Kosovo dans les années, 1990, y compris le massacre de Srebrenica. Sa mort a conduit à la suspension du procès.

En attente de procès:
Les anciens officiers de l'armée des Serbes de Bosnie Vinko Pandurevic, Ljubomir Borovcanin, Vujadin Popovic, Drago Nikolic et Ljubisa Beara sont tous inculpés de génocide pour Srebrenica. Ils sont plus particulièrement accusés d'avoir planifié et organisé les exécutions et jugés à partir de vendredi.
Dans le même "méga-procès" Srebrenica vendredi, les généraux Milan Gvero et Radivoje Miletic devront répondre de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité pour avoir empêché l'aide humanitaire internationale d'accéder à l'enclave. Gvero est aussi accusé d'avoir participé à la capture et à la détention de Musulmans de Srebrenica.
L'ancien capitaine Milorad Trbic est accusé de génocide pour avoir aidé au transport de Musulmans vers les lieux des exécutions. Il est accusé d'avoir personnellement participé à cette tragédie. L'accusation a demandé que son procès soit transféré à la justice bosniaque, mais les juges ne se sont pas encore exprimés sur cette demande.
Le général Mocilo Peresic, ancien chef d'état-major de l'armée yougoslave, est accusé d'avoir fourni une aide logistique à l'armée des Serbes de Bosnie, y compris pour le massacre de Srebrenica.