Syrie: Plus de 200 morts mercredi, dont 38 à Damas, selon une ONG

© 2012 AFP

— 

La répression et les combats entre armée et insurgés ont fait mercredi au moins 214 morts, dont 124 civils, 62 soldats et 28 rebelles, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Il s'agit de la journée la plus sanglante depuis le 4 février où plus de 230 personnes avaient péri dans le pilonnage de Homs (centre).
La répression et les combats entre armée et insurgés ont fait mercredi au moins 214 morts, dont 124 civils, 62 soldats et 28 rebelles, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Il s'agit de la journée la plus sanglante depuis le 4 février où plus de 230 personnes avaient péri dans le pilonnage de Homs (centre). — afp.com

Plus de 200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées mercredi dans les violences en Syrie, dont 38 à Damas, théâtre depuis cinq jours de combats sans précédent entre armée et rebelles, selon une ONG. Au moins 214 personnes, dont 124 civils, 62 soldats et 28 rebelles ont péri dans la répression et les combats à travers le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ce bilan n'inclut pas les trois hauts responsables syriens, dont le beau-frère du président, tués dans un attentat spectaculaire dans la capitale, qui porte un coup dur à l'appareil sécuritaire du régime.

Le bilan le plus lourd a été enregistré dans la province de Damas: 76 personnes y ont tuées, dont 38 (28 civils et 10 rebelles) dans la capitale même. Les morts à Damas ont péri dans des tirs et des bombardements dans les quartiers de Qaboun (est), de Kafar Soussé (sud-ouest) et Qadam (sud), mais aussi sous les balles de tireurs embusqués et dans des combats à Roukneddine (nord) et Hajar el-Aswad (sud).

Les rebelles ont annoncé lundi avoir lancé la "bataille pour la libération" de Damas, où sont entrés pour la première fois depuis le début de la révolte des hélicoptères équipés de mitrailleuses. Face à la répression, la révolte populaire s'est militarisée au fil des mois et le pays est désormais en proie à un conflit armé sanglant que le Comité international de la Croix-Rouge a qualifié de guerre civile.