Monde

Un sénateur italien accusé d'avoir fait chanter Berlusconi

Le parquet de Palerme a ouvert une enquête contre un sénateur soupçonné d'avoir fait chanter Silvio Berlusconi sur des liens présumés avec la mafia, ont annoncé mercredi les autorités judiciaires. Les juges cherchent à déterminer si Marcello Dell'Utri, sénateur et ancien associé du «Cavaliere» au sein de Fininvest, a été rétribué pour ne pas révéler certains détails des liens supposés entre l'ancien président du Conseil et des personnalités du crime organisé.

Dell'Utri a par ailleurs fait appel dans un procès distinct après avoir été condamné pour association avec la mafia. Dans une interview au quotidien Libero datée du 28 juin, le chef du parquet de Palerme Antonio Ingroia a déclaré qu'il pensait que Berlusconi avait été victime de chantage de la mafia. «Dell'Utri était celui qui le menaçait et c'est pourquoi il fait l'objet d'une enquête», a-t-il dit.

«Ils ont juste oublié de m'accuser de pédophilie et j'aurais eu la totale»

Ancien directeur général du groupe de communication Fininvest, Marcello Dell'Utri a déclaré ne rien savoir de l'accusation dont il fait l'objet. Il dit l'avoir appris par les médias et dément fermement avoir fait chanter son ancien patron. «Maintenant c'est le chantage. Ils ont juste oublié de m'accuser de pédophilie et j'aurais eu la totale», a-t-il déclaré à des journalistes.« Je n'ai certainement jamais fait chanter qui que ce soit, et encore moins mon ami Silvio.»

Selon le quotidien La Repubblica, les juges se concentrent sur la vente d'une villa sur le lac de Côme que Berlusconi aurait acquise l'an dernier auprès de Dell'Utri pour une valeur de 20 millions d'euros. L'affaire s'inscrit dans une plus vaste enquête sur les liens entretenus par des responsables politiques italiens avec le crime organisé au début des années 1990, époque de l'assassinat des deux célèbres juges antimafia Giovanni Falcone et Paolo Borsellino. Il s'agit de la dernière affaire judiciaire en date impliquant le magnat des médias, aujourd'hui âgé de 75 ans, quelques jours après l'annonce de sa candidature pour mener la campagne de la droite aux élections législatives de 2013.