Les migrations africaines au coeur d'une conférence à Rabat

©2006 20 minutes

— 

Leur objectif officiel : « apporter des solutions concrètes au défi des flux migratoires », selon le Quai d'Orsay. Soit en clair : lutter contre l'immigration clandestine. Pas moins de 57 pays, 30 européens et 27 africains, sont réunis depuis hier et jusqu'à aujourd'hui à Rabat, la capitale marocaine, pour trouver comment freiner l'afflux de clandestins. Organisée à l'initiative de l'Espagne et du Maroc après la mort de quatorze clandestins, en octobre dernier – devant Ceuta et Mellila, les enclaves espagnoles du royaume chérifien –, cette conférence ministérielle sur « la migration et le développement » est la première à réunir les pays de départ, de transit et d'arrivée.

La France a mis sur la table dix-huit propositions : création d'un observatoire euro-africain des routes migratoires, mobilisation de la diaspora africaine pour développer les pays d'origine, mobilité des « cerveaux » entre le Nord et le Sud. Mais plus que le développement des pays du Sud, pour les Européens et l'Espagne en particulier, l'objectif de la conférence est avant tout de trouver des moyens concrets et sécuritaires pour limiter l'arrivée de clandestins.

Clémence Lemaistre