La France condamne la «fuite en avant meurtrière» du régime syrien

Reuters

— 

La France s'est déclarée ce vendredi très préoccupée par les informations faisant état d'un nouveau massacre de civils imputé au régime syrien dans la région de Tremsa, estimant qu'il manifestait «une fuite en avant meurtrière». Une opération militaire était en cours vendredi dans les environs de Tremsa, au nord de Hama, où les forces aériennes du régime de Bachar al Assad continuent de viser des zones urbaines, selon les observateurs de l'ONU. Des opposants à Bachar al-Assad parlent d'environ 220 morts jeudi.

«Nous sommes extrêmement préoccupés par les informations faisant état d'un nouveau massacre commis dans la région de Hama par les forces syriennes, qui auraient utilisé des chars et des hélicoptères pour bombarder la localité de Tremsa, avec un bilan humain qui serait supérieur à 150 morts», écrit le ministère des Affaires étrangères français dans un communiqué. «Ce nouveau crime, s'il est confirmé, manifeste une fois de plus la fuite en avant meurtrière du régime de Bachar al-Assad, et montre l'urgence d'une action forte du Conseil de sécurité des Nations Unies», ajoute-t-il.

L'adoption d'une résolution prévoyant l'usage de la force se heurte pour l'instant à l'opposition de la Russie et de la Chine. Un porte-parole du Quai d'Orsay a par ailleurs annoncé lors d'un point de presse que Paris allait livrer du matériel de communication aux rebelles. «Ce qui a été annoncé par le ministre des Affaires étrangères, s'agissant des moyens de télécommunication, c'est que nous allons mettre en oeuvre ce travail. Nous y travaillons sans perdre un instant», a-t-il dit.