Redémarrage de réacteurs sur fond d'inquiétudes

— 

Jusqu'à la fin de l'été, entreprises et foyers japonais sont incités par le gouvernement à réduire leur consommation électrique de 5 à 15 %, en particulier dans le Kansai (Ouest), où le risque de black-out est le plus important. Ceci alors que le réacteur n° 3 de la centrale d'Oi dans la préfecture de Fukui, après avoir été redémarré la semaine dernière puis connecté au réseau électrique, devait atteindre sa pleine puissance en début de semaine. Depuis deux mois, tous les réacteurs du Japon, dont 30 % de l'électricité était d'origine nucléaire avant la catastrophe du 11 mars 2011, étaient arrêtés.
Alors qu'un deuxième réacteur de la centrale d'Oi doit redémarrer le 18 juillet, des milliers d'opposants à l'utilisation du nucléaire ont de nouveau manifesté vendredi soir devant la résidence du Premier ministre, Yoshihiko Noda. Le rapport de la commission d'enquête indépendante sur l'accident de Fukushima, remis la veille au Premier ministre, a mis en lumière de nouvelles failles dans la sécurité de l'installation et de la gestion de la catastrophe. M. C.