Toute l’Italie rêve de vendetta après l'affront de l'Euro 2000

— 

« Caro Zizou, ci vediamo domenica. » A dimanche cher Zizou ! Le titre qui barrait hier la une de la Gazzetta dello Sport résume bien l’attente de toute l’Italie. Quoi de mieux qu’une finale de laCoupe du monde pour prendre sa revanche sur la France ? Cette France qui a brisé les espoirs des Azzurri en quart de finale du mondial 1998 et, souvenir plus cuisant encore, en finale de l’Euro 2000 sur un but en or de Trezeguet. A l’heure de l’espresso, le barman Massimo se fait menaçant : « Nous avons des comptes à régler.» Croissant en main, un habitué intervient : « Nous allons abattre l’ancien régime [en français dans le texte] du football. » L’Italie est pressée d’en découdre avec ces Bleus « qui ont appris àjouer dans le championnat italien ». Zidane est autant admiré que redouté, à l’image d’une équipe de France vieillissante mais expérimentée. L’occasion aussi deprouver la valeur de leur Calcioàl’heure du scandale des matchs truqués et du risque de relégation pour plusieurs grands clubs du championnat italien.

 A Rome, JérémyBrossard