20 Minutes : Actualités et infos en direct
Allemagne: Enquête sur les crimes racistes critiquée, le chef des RG démissionne

Allemagne: Enquête sur les crimes racistes critiquée, le chef des RG démissionne

Le patron des renseignements généraux allemands, mis en cause dans l'enquête sur des crimes racistes attribués à des néonazis, a démissionné lundi, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.
Le patron des renseignements généraux allemands, mis en cause dans l'enquête sur des crimes racistes attribués à des néonazis, a démissionné lundi, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur. - John Macdougall afp.com
© 2012 AFP

© 2012 AFP

Le patron des renseignements généraux allemands, mis en cause dans l'enquête sur des crimes racistes attribués à des néonazis, a démissionné lundi, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.

Ce trio d'extrémistes, formé de deux hommes aujourd'hui décédés et d'une femme actuellement en détention, s'était baptisé "Clandestinité national-socialiste" (NSU) et est soupçonné d'avoir tué neuf étrangers, dont huit Turcs, entre 2000 et 2006, ainsi qu'une policière en 2007. Depuis la découverte de la NSU en novembre, les services de protection de la Constitution (Verfassungsschutz ou VS), les Renseignements généraux allemands, sont sur la sellette et leur patron, Heinz Fromm, en a tiré les conséquences.

La thèse des crimes racistes pas suffisamment prise au sérieux

L'affaire a provoqué un vif émoi en Allemagne notamment car pendant des années les enquêteurs, VS en tête, n'ont pas suffisamment pris au sérieux la thèse des crimes racistes. Lors d'une cérémonie solennelle à Berlin, la chancelière Angela Merkel a publiquement demandé pardon aux familles des victimes parfois accusées à tort dans ces meurtres. La semaine passée, la polémique sur la façon dont l'enquête a été conduite a rebondi, la presse révélant que des informations importantes concernant la NSU avaient été détruites par les RG allemands.

Selon la presse, peu après la découverte de la cellule néonazie, un des chefs d'unité des RG aurait détruit des dossiers démontrant que ce service d'enquête avait établi des contacts avec les milieux néonazis de Thüringe (est), dont certains membres avaient des liens personnels avec le trio de la NSU. Par ailleurs, ces dernières semaines le parquet fédéral a tour à tour remis en liberté quatre suspects interpellés dans le cadre de l'enquête sur la cellule NSU, estimant dans la majeure partie des cas que les charges retenues contre eux n'étaient pas suffisamment établies.

Sujets liés