Grèce: Un groupe revendique l'attentat contre Microsoft à Athènes

Reuters

— 

Une organisation d'extrême gauche, le Front révolutionnaire international, a revendiqué vendredi l'incendie volontaire du siège de Microsoft il y a deux jours à Athènes.

Des hommes armés et cagoulés ont précipité mercredi une camionnette transportant des bonbonnes de gaz à l'intérieur du bâtiment et mis le feu au véhicule, provoquant des dégâts matériels sans faire de blessés.

Dans un communiqué publié sur internet, le Front révolutionnaire international affirme que cette attaque contre Microsoft était destinée à porter un coup au système capitaliste.

«Nous avons choisi ce bâtiment parce que Microsoft est l'une des entreprises les plus puissantes du secteur informatique (...) qui porte maintenant le capitalisme sur ses épaules», précise le communiqué.

Le groupe ajoute que cette action était un geste de soutien aux militants anarchistes arrêtés en Grèce et en Italie et fait référence à Theodore Kaczynski, surnommé «Unabomber», l'auteur d'une série d'attentats aux colis piégés entre 1978 et 1995 aux Etats-Unis.

«Nous prenons cette revendication au sérieux et nous enquêtons sur son authenticité», a déclaré un policier qui souhaité garder l'anonymat.

Le Front révolutionnaire international s'est fait connaître pour la première fois l'an dernier, avec une série d'incendies volontaires contre les véhicules personnels de policiers et un établissement de la chaîne McDonald's.

Les incendies criminels visant des banques, des entreprises étrangères et des représentants politiques se sont multipliés au cours des dernières années en Grèce, alors que le pays s'enfonçait dans la crise économique.