Le trafiquant d'armes Viktor Bout, écroué aux Etats-Unis, fera appel

Reuters

— 

Le trafiquant d'armes russe Viktor Bout, condamné l'an dernier à 25 ans de prison par la justice américaine, a annoncé vendredi qu'il ferait appel de cette condamnation. Arrêté en Thaïlande en 2008 après une opération de la DEA américaine, l'agence chargée de la lutte contre le trafic des stupéfiants, puis transféré en novembre 2010 à New York, Viktor Bout avait été reconnu coupable de trafic d'armes par un tribunal fédéral de Manhattan à l'automne 2011.

Des informateurs de la DEA s'étaient fait passer pour des membres des rebelles colombiens des Farc et avaient rencontré Bout dans le but affiché de lui acheter des armes de guerre. Selon les procureurs américains, il aurait accepté de les leur vendre.

Affaire diplomatique

«Nous nous sommes mis d'accord sur les prochaines étapes», a déclaré ce vendredi son avocat lors d'une conférence de presse à Moscou. «Nous allons d'abord interjeter appel devant une cour d'appel, puis nous en remettre au jugement de la Cour suprême avant de nous tourner vers la commission de la présidence des Etats-Unis chargée d'examiner les demandes de grâce. En dernier ressort, nous demanderons que Viktor Bout puisse effectuer sa peine dans son pays», a ajouté Victor Burobin.

L'organisation Amnesty International accuse Viktor Bout d'avoir contourné les embargos de ventes d'armes et convoyé à partir des années 1990 ses cargaisons en Angola, au Liberia, en Sierra Leone et en République démocratique du Congo pour le compte de régimes connus pour leurs violations des droits de l'homme. L'affaire a par ailleurs envenimé les relations entre Washington et Moscou, qui considère la condamnation de Bout comme motivée par des buts politiques.