Egypte: Mohamed Morsi investi devant la Haute cour constitutionnelle samedi

Reuters

— 

Le président élu égyptien Mohamed Morsi doit prononcer ce vendredi un discours place Tahrir, haut lieu de la contestation depuis le début 2011, mais son mouvement -les Frères musulmans- semble avoir perdu la bataille face aux militaires à propos du lieu où se tiendra sa prestation de serment.

Les précisions sur cette cérémonie d'investiture historique, Morsi éant le premier civil à présider l'Egypte depuis 1952 et le premier chef de l'Etat issu des Frères musulmans, ont été données dans un communiqué publié jeudi en fin de journée par la présidence: Morsi prêtera serment devant la Haute cour constitutionnelle, au Caire, samedi à 11h. Après la cérémonie d'investiture, Mohamed Morsi se rendra à l'université du Caire, pour une autre cérémonie, lors de laquelle il prononcera un discours, selon le communiqué de la présidence.

Le chef du CSFA ministre de la Défense

Les Frères musulmans souhaitaient que Mohamed Morsi soit investi dans ses fonctions devant le parlement, conformément à ce qui était jusqu'à présent l'usage, mais un tribunal, soutenu en cela par l'armée, a dissous ce mois-ci la chambre basse, qui était dominée par les islamistes. Le Conseil suprême des forces armées (CSFA) qui dirige l'Egypte depuis la chute du président Hosni Moubarak en février 2011 a promis de rétrocéder le pouvoir le 1er juillet. Toutefois, l'armée a donné à comprendre qu'elle comptait bien continuer à tenir les véritables leviers du pouvoir.

Le maréchal Hussein Tantaoui, âgé de 76 ans et qui dirige le CSFA après avoir été pendant 20 ans le ministre de la Défense de Hosni Moubarak, conservera ce portefeuille dans le prochain gouvernement, a déclaré mercredi soir un membre du CSFA. «Le gouvernement aura un ministre de la Défense qui est le chef du Conseil suprême des forces armées», a déclaré le général Mohamed Assad à la chaîne privée égyptienne CBC.

Prié de bien confirmer s'il voulait dire par là que le maréchal Tantaoui conserverait le portefeuille de la Défense, le général Assad a approuvé: «Exactement. Qu'y a-t-il de mal à cela? Il est le chef du CSFA, ministre de la Défense et à la tête des forces armées.»