Attentat en Syrie, la Turquie renforce sa frontière

Avec Reuters

— 

Des rebelles syriens ont frappé ce jeudi au coeur de Damas, selon la télévision officielle, et la Turquie a déployé des troupes à sa frontière sud-est, accentuant la pression sur le président Bachar al Assad à deux jours d'une importante réunion internationale à Genève sur la transition en Syrie.

Une forte explosion s'est produite sur le parking du palais de justice de la capitale, mettant le feu à une vingtaine de voitures, rapporte un correspondant de Reuters présent à Damas. En pleine escalade des violences à travers le pays, la télévision d'Etat a parlé d'une attaque «terroriste» et l'agence de presse officielle Sana a fourni un bilan de trois blessés.

Pas de perspective de conflit armé

Dans le sud-est de la Turquie, des convois militaires ont fait mouvement vers la frontière syrienne, six jours après la destruction d'un avion de combat turc par la Syrie en Méditerranée. Dénonçant un acte hostile, la Turquie avait prévenu qu'elle renforcerait sa sécurité dans la région tout en excluant un conflit armé avec Damas.

La Turquie, qui appelle Bachar al Assad à quitter le pouvoir après seize mois d'un soulèvement réprimé dans le sang, accueille environ 33.000 réfugiés syriens à sa frontière sud-est, ainsi que des éléments de l'Armée syrienne libre (ASL) qui regroupe des insurgés armés. Dans la province d'Hatay, où se déroule l'essentiel du redéploiement de l'armée turque, des membres de l'ASL ne croient pas que ces mouvements sont le prélude à une intervention transfrontalière.