Le cannibale de Miami n'était ni cannibale ni défoncé aux «sels de bain»

FAITS-DIVERS Rudy Eugene avait juste fumé de la marijuana, selon les dernières analyses...

Julien Ménielle

— 

Rudy Eugene, abattu par la police de Miami le 26 mai, alors qu'il était en train de déchiqueter le visage d'un homme à coup de dents.
Rudy Eugene, abattu par la police de Miami le 26 mai, alors qu'il était en train de déchiqueter le visage d'un homme à coup de dents. — AP/SIPA

Le mythe n’en finit plus de tomber. Le «zombie cannibale» de Miami n’avait pas consommé une drogue surpuissante qui lui aurait donné des envies de chair humaine, révèle le Miami Herald. Selon les dernières analyses, Rudy Eugene avait consommé de la marijuana, mais pas de «Bath salts» [sels de bain]. Pas plus que de chair humaine d’ailleurs.

Les examens toxicologiques pratiqués dans le cadre de l’autopsie ont recherché en vain la présence de nombreuses drogues comme les fameux sels de bain mais aussi la cocaïne, l’heroïne, le PCP ou les amphétamines. «En tenant compte des limites technologiques actuelles des laboratories, la marijuana est la seule drogue qui a été identifiée dans l’organisme de M. Rudy Eugene», a indiqué un porte-parole des services médicaux.

Pas de chair humaine dans l’estomac

Rudy Eugene n’était donc a priori pas sous l’emprise d’une drogue de synthèse quand il s’est jeté, nu, sur Ronald Poppo, un SDF âgé de 65 ans. Il faudra trouver une autre explication à l’assaut sauvage qu’il a mené pendant 18 minutes sur sa victime, à laquelle il a arraché une partie de visage avec les dents.

Arraché mais pas avalé, puisque les précédents examens ont déjà montré que Rudy Eugene n’avait pas de chair humaine dans l’estomac. La petite amie de l’agresseur avait évoqué un sort vaudou. Il sera difficile de connaître le fin mot de l’histoire, l’homme ayant été abattu par la police. Ronald Poppo, lui, se remet doucement.