Gauche et droite au coude à coude à la présidentielle mexicaine

©2006 20 minutes

— 

Quelque 71 millions d'électeurs devaient trancher entre gauche et droite hier, lors de la présidentielle. Ce scrutin en un tour – le plus serré de l'histoire du pays – oppose le libéral Felipe Calderon au socialiste Andres Manuel Lopez Obrador, ancien maire de Mexico. Les derniers sondages annonçaient une avance de 2 à 5 points du candidat de la gauche.

Dans un pays où la moitié de la société est pauvre, les promesses d'Obrador plaisent. Il dit vouloir « mettre fin aux privilèges des nantis et diminuer les salaires des hauts fonctionnaires ». Il promet aussi d'étendre à l'ensemble du pays l'aide aux personnes âgées, aux handicapés et aux mères célibataires qu'il a introduite à Mexico. Face à lui, Calderon, ancien ministre de l'Energie soutenu par les milieux d'affaires, s'inscrit dans la continuité de l'actuel président conservateur Vincente Fox. Ce dernier, élu en 2000, a mis fin à une domination de la gauche qui a duré soixante et onze ans. Il a laissé le pays avec une économie stable, de bons indicateurs économiques, mais surtout, des inégalités criantes.