Israël et le Hamas dans l'impasse

©2006 20 minutes

— 

Pas de sortie de conflit en vue. Alors qu'Israël a encore accentué sa pression ce week-end contre le Hamas, les négociations menées par l'Egypte pour libérer le caporal Gilad Shalit étaient au point mort hier, laissant présager une nouvelle escalade de la crise. Refusant officiellement toute discussion avec les ravisseurs, le Premier ministre israélien a réaffirmé hier sa détermination. « J'ai donné ordre à l'armée et aux forces de sécurité d'agir avec toute leur puissance pour poursuivre les terroristes, leurs idéologues et ceux qui leur offrent protection. Nous ferons tout, je dis bien tout, pour libérer le soldat [...] », a déclaré Ehoud Olmert.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'armée israélienne a frappé les bureaux du Premier ministre élu du Hamas, Ismaël Haniyeh, sans faire de victimes. De son côté, le vice-Premier ministre de l'Etat hébreu Shimon Peres a annoncé hier que les ministres du Hamas arrêtés ces derniers jours seront jugés pour participation à des actes terroristes. La branche armée du groupe islamiste a menacé de riposter en s'attaquant à des infrastructures et des bâtiments officiels.

Toutefois, l'ampleur de la riposte ne fait pas l'unanimité en Israël. Si la rue compatit avec la famille du caporal, le quotidien Haaretz (centre-gauche) estime que « le gouvernement a perdu la raison ». Selon un sondage du Yédiot Aharonot publié vendredi, 58 % des Israéliens critiquent le refus de négocier du gouvernement et seuls 43 % sont favorables à une action militaire.

Clémence Lemaistre

gaza Les tirs de roquette depuis le nord de la bande de Gaza contre Israël ont continué ce week-end. Les chars de Tsahal, massés à la frontière, sont prêts à entrer dans le Territoire.