Grèce: Un gouvernement possible d'ici «mercredi», selon le Pasok

© 2012 AFP

— 

La constitution d'un gouvernement de coalition en Grèce est possible d'ici "mercredi à la mi-journée", a déclaré mardi soir le dirigeant socialiste Evangélos Vénizélos en marge d'une réunion entre responsables de partis politiques.
La constitution d'un gouvernement de coalition en Grèce est possible d'ici "mercredi à la mi-journée", a déclaré mardi soir le dirigeant socialiste Evangélos Vénizélos en marge d'une réunion entre responsables de partis politiques. — Andreas Solaro afp.com

La constitution d'un gouvernement de coalition en Grèce est possible d'ici «mercredi à la mi-journée», a déclaré ce mardi soir le dirigeant socialiste Evangélos Vénizélos en marge d'une réunion entre responsables de partis politiques.

«Un gouvernement doit être formé le plus vite possible», a déclaré l'ancien ministre des Finances dans une brève allocution télévisée et, à la lumière «de la situation actuelle, cela peut être fait d'ici demain à la mi-journée». Depuis les élections législatives remportées dimanche par la Nouvelle Démocratie (droite) mais sans majorité, trois partis grecs tentent de se mettre d'accord sur le nom du futur Premier ministre et sur une plate-forme politique commune devant servir de base aux négociations de la Grèce face à la troïka des créanciers du pays (UE-BCE-FMI).

«Nous allons mobiliser tous nos contacts internationaux et toute notre expérience»

«Le sujet le plus important n'est pas la composition du gouvernement, mais l'équipe de négociation nationale qui essaiera de mener la meilleure renégociation possible de l'accord de prêt (avec les créanciers de la Grèce)», a d'ailleurs insisté Evangélos Vénizélos. «Nous allons mobiliser tous nos contacts internationaux et toute notre expérience», a-t-il dit.

Outre la Nouvelle Démocratie, les deux autres partis qui seraient associés à un gouvernement chargé de renégocier l'accord de prêt sont le Pasok socialiste et un petit parti de gauche démocratique, dissident du parti de gauche radicale Syriza, qui a obtenu 16 députés dimanche.