Italie: Prison requise pour fraude contre Silvio Berlusconi

Reuters

— 

Une peine de prison de trois ans et huit mois a été requise lundi pour fraude à l'encontre de l'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi dans une affaire d'acquisition de droits de diffusion par sa société de télévision Mediaset. Le ministère public a requis une peine de prison de trois ans et quatre mois contre le président de Mediaset, Fedele Confalonieri.

Silvio Berlusconi et plusieurs dirigeants de Mediaset sont accusés d'avoir gonflé le prix payé pour l'acquisition de droits télévisuels via des sociétés offshore contrôlées par l'ancien chef de gouvernement, pour ensuite détourner une partie des sommes et créer une «caisse noire».

L'affaire porte sur des droits pour la télévision et le cinéma achetés pour 470 millions d'euros à des sociétés américaines par Fininvest, la holding de l'ancien président du Conseil, via des sociétés offshore sur la période 1994-1999.

Selon l'accusation, les sociétés offshore ont revendu les droits à Mediaset à un prix beaucoup plus élevé pour frauder le fisc et créer une caisse noire pour Silvio Berlusconi. «La caisse noire porte l'empreinte de Berlusconi», a lancé le procureur Fabio De Pasquale dans son réquisitoire. Les accusés nient les faits qui leur sont reprochés. «Les sommes mentionnées aujourd'hui par le parquet sont totalement inexistantes (...) et se fondent sur des éléments rejetés au cours de la procédure judiciaire», ont réagi les avocats de Silvio Berlusconi, Piero Longo et Niccolo Ghedini, dans un communiqué. La prochaine audience est prévue le 2 juillet.