Le chef de l'agence des privatisations au Kosovo s'est suicidé

Reuters

— 

Le chef de l'agence des privatisations au Kosovo, retrouvé frappé de plusieurs coups de couteau jeudi dernier dans son bureau de Pristina, s'est suicidé et n'a pas été assassiné, ont déclaré lundi des responsables kosovars et européens.

Dino Asanaj, qui avait 55 ans, s'est frappé onze fois avec un couteau, selon le rapport d'autopsie, a précisé Arsim Gerxhaliu, un médecin légiste kosovar. Blerim Krasniqi, porte-parole de la mission de l'Union européenne au Kosovo (Eulex), a confirmé que les examens menés confortaient la thèse d'un suicide. L'autopsie a été menée par des médecins légistes kosovars assistés par leurs collègues de l'Eulex. Selon la presse locale, Asanaj a laissé une lettre dans laquelle il accuse deux hommes d'affaires kosovars et un journal de l'avoir poussé à mettre fin à ses jours.

L'ancienne province serbe, qui a proclamé son indépendance en février 2008, reste en proie à une corruption endémique, à des violences entre les communautés serbe et albanaise et à des filières de crime organisé qui découragent fortement les investisseurs.