Canberra va plaider en Libye la libération d'une avocate de la Cour pénale internationale

Reuters

— 

Le ministre australien des Affaires étrangères Bob Carr va se rendre en Libye pour plaider personnellement la libération de quatre membres d'une délégation de la Cour pénale internationale (CPI), dont celle de l'avocate australienne Melinda Taylor, arrêtés après avoir rendu visite à Saïf al Islam.

Melinda Taylor et l'interprète libanaise Hélène Assaf sont détenues dans la ville de Zentane et sont accusées d'avoir tenté de transmettre des documents au fils de Mouammar Kadhafi. «L'Australie pense que MelindaTaylor devrait avoir accès au consulat et devrait être libérée», a dit Bob Carr lundi, avant de se rendre en Libye.

La CPI, le Conseil de sécurité de l'Onu et les organisations de défense des doit de l'homme ont appelé à la libération immédiate des membres de la CPI. Mais le parquet libyen a fait savoir que Melinda Taylor et Hélène Assaf seraient maintenues au mois 45 jours en détention, le temps de mener une enquête.

Saïf al Islam, détenu à Zentane depuis sa capture en novembre dernier, est recherché par la CPI pour des crimes commis lors du soulèvement populaire de l'an dernier qui a mis fin aux 42 ans de régime de son père, Mouammar Kadhafi, tué le 20 octobre 2011.