Escalade signalée en Syrie après la pause des observateurs de l'ONU

Reuters

— 

Les forces de Bachar al Assad ont intensifié leurs bombardements sur les bastions rebelles du centre et du nord de la Syrie, faisant au moins 50 morts et des centaines de blessés dimanche, après la suspension par les observateurs des Nations unies de leur mission, ont affirmé des opposants.

Les «bérets bleus» de l'ONU ont annoncé samedi qu'ils suspendaient leur mission d'observation du cessez-le-feu officiellement entré en vigueur le 12 avril en raison de la poursuite des violences, à la fois par les forces du régime et par les insurgés.

Pilonnage constant

D'après les opposants, les forces de Bachar al Assad ont concentré leurs efforts sur Homs, Alep, Idlib, Hama et sur les environs de Damas dimanche. «Environ 85% de Homs subit désormais des pilonnages au mortier ou des tirs à la mitrailleuse lourde», a déclaré au téléphone Abou Imad, un militant d'opposition présent dans cette ville située à environ 140 km au nord de la capitale.

«Des dizaines de blessés ne sont pas soignés car tous les hôpitaux sont passés sous le contrôle des (miliciens) chabiha. Les morts sont les plus chanceux», a-t-il ajouté. Des opposants font état d'au moins 11 morts. Un autre activiste, Mohamed al Homsi, a déclaré: «Nous assistons à une escalade manifeste (des bombardements) depuis que les observateurs (de l'Onu) ont cessé leurs patrouilles.»

Homs, où vivaient un million de Syriens avant le début du soulèvement contre Bachar al Assad en mars 2011, est soumise à un pilonnage constant depuis mars dernier, mois au cours duquel les forces du régime se sont emparées d'un quartier dont les habitants avaient été parmi les premiers à prendre les armes.

Des centaines de milliers de personnes ont fui la ville mais des civils y restent terrés avec des rebelles de l'Armée syrienne libre.