ETA, le dialogue commence

— 

C’était sa priorité depuis le début de son mandat.
Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a solennellement annoncé hier le lancement d’un « dialogue » entre son gouvernement et l’ETA, trois mois après l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu permanent. Objectif : tenter de mettre fin à la lutte armée de l’organisation indépendantiste basque, qui a fait près de 850 morts en trentehuit ans. C’est un pari décisif pour Zapatero. Le processus de paix, que le chef du gouvernement annonce « long et difficile », ne sera sans doute pas terminé à temps pour assurer sa réélection en 2008. A cette date, il pourra, au mieux, se prévaloir de deux ans d’arrêt des bombes. Mais un échec d’ici là scellerait à coup sûr sa déroute politique alors que toute la droite reste mobilisée
contre son projet.