Israël poursuit l'offensive coûte que coûte

©2006 20 minutes

— 

L'offensive israélienne a pris une nouvelle tournure hier. Officiellement, elle ne vise qu'à retrouver le soldat israélien Gilad Shalit, enlevé par des groupes armés palestiniens dimanche. Mais l'arrestation d'un tiers du gouvernement palestinien Hamas – 64 dirigeants dont huit ministres – montre que l'Etat hébreu poursuit également un autre objectif : démembrer le mouvement islamique et faire cesser les tirs de roquettes depuis le nord de la bande de Gaza, où Tsahal a fait une incursion dans la nuit.

La région menace de sombrer dans le chaos, enterrant plus que jamais tout espoir d'une reprise des pourparlers de paix. La communauté internationale s'en est alarmée hier. Les pays du G8, réunis à Moscou, ont demandé aux Israéliens d'observer « la plus grande retenue » et aux Palestiniens de mettre fin au terrorisme. La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a de son côté appelé les deux parties à « agir de façon responsable ».

A Rafah, dans la bande de Gaza, l'offensive israélienne a privé la moitié de population d'eau et d'électricité, a noté Amnesty International. Les Comités de la résistance populaire, un groupe armé qui affirme détenir le soldat Shalit, a menacé de le tuer si elle se poursuit. Tsahal a déjà retrouvé mercredi le corps d'un colon israélien enlevé dimanche par des extrémistes. Malgré les critiques, Israël a affirmé sa détermination à « continuer sur [sa] lancée », voire « accentuer [la] pression » jusqu'à ce que le soldat revienne « sain et sauf », et a aussi donné son feu vert pour des actions en Cisjordanie. L'Etat hébreu a néanmoins souligné ne pas écarter une « solution politique » et a ainsi reporté une opération dans le nord de Gaza.

Faustine Vincent