Israël a lancé l'offensive sur Gaza

©2006 20 minutes

— 

Ehoud Olmert a mis sa menace à exécution. L'armée israélienne a donné l'assaut dans la bande de Gaza dans la nuit d'hier, bombardant des ponts, des routes et une centrale électrique afin de limiter les déplacements des ravisseurs et du soldat enlevé. Près de 700 000 personnes étaient privées hier soir d'électricité. L'armée de l'air a largué des tracts incitant les habitants du nord de la bande de Gaza à quitter leur domicile. Des régiments d'infanterie d'élite, appuyés par des blindés et des hélicoptères de combat, sont engagés dans cette opération. La première de cette envergure à Gaza depuis le retrait des troupes israéliennes en septembre 2005.

Ehoud Olmert avait prévenu qu'il userait de « moyens extrêmes pour ramener chez lui Gilad Shalit ». Le soldat avait été enlevé dimanche par des groupes armés palestiniens, dont la branche armée du Hamas. Alors que la Maison Blanche a affirmé qu'« Israël avait le droit de se défendre », à Gaza, hommes, femmes et enfants ont fui en s'entassant dans des voitures ou des charrettes. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a dénoncé une « punition collective ». De son côté, son premier ministre Ismaïl Haniyeh a appelé Israël à « mettre fin à son agression avant que la situation ne se complique ». Si Ehoud Olmert a précisé que l'invasion était « limitée » et que l'Etat hébreu ne comptait pas « réoccuper Gaza », tous les ingrédients sont réunis pour que la situation dégénère. Bruxelles a appelé les deux parties à « reculer » pour éviter le pire.

Faustine Vincent

Un groupe armé proche du Fatah a menacé hier de tuer un colon israélien qu'il dit avoir enlevé en Cisjordanie. Israël n'avait pas confirmé cet enlèvement hier soir.