Dépeceur de Montréal: De nouveaux morceaux humains envoyés à des écoles de Vancouver

FAITS-DIVERS Il est pour le moment impossible de relier d'emblée ces colis macabres à Luka Rocco Magnotta...

J.M. et C.C. avec Reuters
— 
Luka Rocco Magnotta est recherché pour le meurtre d'un jeune homme au Canada dans la nuit du 24 au 25 mai 2012.
Luka Rocco Magnotta est recherché pour le meurtre d'un jeune homme au Canada dans la nuit du 24 au 25 mai 2012. — NEWSCOM/SIPA

Deux paquets contenant une main et un  pied sont arrivés mardi dans deux écoles de Vancouver au Canada, sans  qu'il soit possible de relier d'emblée les deux paquets à Luka Rocco  Magnotta, le Canadien soupçonné d'avoir tué et démembré Lin Jun, un  étudiant chinois. Un peu plus tard, à Montréal, un passant a appelé la police après avoir trouvé un pied humain dans une rue. Les  autorités ont confirmé l'information, avant de se raviser quelques  instants plus tard, constatant que le membre coupé était en plastique,  selon la version canadienne de Metro.

>> Les zones d'ombres qui planent encore sur l'affaire Magnotta: Notre décryptage par ici

La police de Vancouver a dit être en contact avec les autorités à   Montréal, où, indique la police, il manque toujours un pied et une main   dans les morceaux humains du jeune Chinois Jun Lin. Un pied et une main ont été reçus au siège de partis politiques à  Ottawa la semaine dernière, tandis que le tronc de Jun Lin, qui était âgé de 32  ans, a été  retrouvé dans une valise abandonnée derrière l'appartement de Luka Rocco  Magnotta à Montréal. «A ce stade de l'enquête, il n'y a pas d'indication d'identité», déclare la police de Vancouver dans un communiqué.

«Il n'y a pas de mots assez fort pour dire que c'est une horreur  absolue. Dépecer, mettre dans un paquet, remplir le formulaire, le  déposer à La Poste... Il faut vraiment que ce soit quelqu'un de très  déterminé dans son action et qui veut envoyer un message», a témoigné sur Europe 1 Franck, père d'un élève de 17 ans de l'une des deux écoles à avoir reçu le colis.




«Une vidéo  extrêmement sordide»

De son côté, la police de Montréal cherche à établir si la vidéo mise en ligne après la  mort de Jun Lin, était bien le film du meurtre. «Nous devons confirmer l'authenticité du film. Nous pensons qu'il  est (authentique), mais maintenant, nous devons le prouver», a déclaré  un porte-parole de la police de Montréal,   lors d'une conférence de  presse. Selon la police, la vidéo montre un homme poignardant sa victime à  plusieurs reprises avant de couper les bras, les jambes et la tête.

>> Revivez l'affaire Luka Rocco Magnotta en images avec notre diaporama

«Je n'encourage personne à voir cette vidéo. C'est une vidéo  extrêmement sordide», a déclaré à la presse le chef de la brigade de  lutte contre le crime organisé de Montréal, Denis Mainville. La police cherche à faire retirer la vidéo d'Internet et souhaite  faire inculper les responsables de la maintenance du site où elle peut  être vue.

Extradition

Luka Rocco Magnotta, 29 ans, surnommé «le dépeceur de Montréal» par les médias, est arrivé en France par avion le 26  mai, en provenance de Montréal. La police française, qui était sur ses  traces, a averti son homologue allemande lundi matin que le fugitif  avait quitté Paris pour Berlin à bord d'un car de la compagnie  Eurolines. 

>> La carte de l'itinéraire de Luka Rocco Magnotta est par ici

Il a été interpellé lundi dans un  cybercafé  du quartier de Neukölln à Berlin, et ne s'oppose pas  à son  extradition  vers le Canada, a déclaré mardi un porte-parole du parquet  de Berlin.  Celui-ci a ajouté que l'ordre d'extradition pourrait être prêt dans  les tout prochains jours.  Cet ordre une fois approuvé par le  gouvernement allemand, le suspect  pourra être mis à bord d'un avion à  destination de son pays.