Une procédure d'extradition pour livrer le suspect

— 

La police française s'est-elle ridiculisée en laissant filer jeudi soir Magnotta, à la barbe des enquêteurs, dans un bus en direction de Berlin ? « Non, si les Allemands ont pu l'arrêter rapidement, c'est grâce aux renseignements fournis par les policiers français ce lundi », assure une source policière. En partie seulement, car c'est le patron de l'établissement qui l'aurait reconnu. « Je n'étais pas sûr que c'était lui, mais j'ai vérifié en regardant des photos », a-t-il déclaré. Il est alors sorti de son cybercafé et a fait signe à des policiers qui passaient en patrouille. « Je leur ai dit : “J'ai quelqu'un ici que vous recherchez peut-être.” », a poursuivi Kadir Anlayisli.
Après les vérifications d'usage, l'homme devrait être présenté à un juge. Puis, la procédure d'extradition devrait rapidement être engagée afin de livrer Magnotta à la justice canadienne, sans doute la semaine prochaine. Dans la matinée de lundi, la Chine, dont la victime est l'un de ses ressortissants, avait demandé que « l'auteur des faits soit attrapé le plus rapidement possible ». « Nous sommes tous choqués », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.W. M. (avec Reuters)