Turquie: Libération d'un Britannique enlevé par des rebelles kurdes

© 2012 AFP

— 

Un touriste britannique enlevé samedi par des rebelles kurdes alors qu'il était à bord d'un autocar dans le sud-est de la Turquie, a été libéré tôt lundi dans la même région, a indiqué une source officielle locale à l'AFP.
Un touriste britannique enlevé samedi par des rebelles kurdes alors qu'il était à bord d'un autocar dans le sud-est de la Turquie, a été libéré tôt lundi dans la même région, a indiqué une source officielle locale à l'AFP. — Bulent Kilic afp.com

Un touriste britannique enlevé samedi par des rebelles kurdes alors qu'il était à bord d'un autocar dans le sud-est de la Turquie, a été libéré tôt ce lundi dans la même région, a indiqué une source officielle locale à l'AFP. L'homme âgé de 35 ans est en bonne santé et doit être conduit à Diyarbakir, principale ville du sud-est anatolien peuplé majoritairement de Kurdes, pour y être brièvement interrogé, a précisé cette source sous couvert d'anonymat. Le ressortissant britannique sera ensuite libre de ses mouvements, a-t-on ajouté de même source.

Le touriste avait été enlevé samedi après-midi alors qu'il effectuait un trajet en autocar entre Trabzon et Diyarbakir. Un groupe du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit) avait arrêté le véhicule pour vérifier l'indentité de ses occupants et emmené ensuite le Britannique, dont l'identité et la profession n'ont pas été précisées. Lors d'un incident séparé, un soldat a été tué lundi par l'explosion d'une mine, placée par des rebelles, dans la région de Diyarbakir, a-t-on indiqué de source de sécurité locale.

Le PKK qui est en lutte armée contre les forces d'Ankara depuis 1984, n'a pas pour habitude d'enlever des étrangers. Le rapt survient dans un contexte de recrudescence de l'activité des rebelles kurdes, qui le mois dernier ont enlevé dix villageois dans le village de Bayirli, dans le sud-est. La motivation de cet enlèvement est demeurée inconnue. Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie et de nombreux autres pays. Le conflit a fait plus de 45.000 morts.