Dépeceur de Montréal: Luka Rocco Magnotta était en Seine-Saint-Denis ce samedi

ENQUÊTE uka Rocco Magnotta avait été précédemment aperçu dans le quartier des Batignolles à Paris...

20 Minutes avec AFP
— 
La police française est lancée sur la piste de Luka Rocco Magnotta, ce Canadien de 29 ans en fuite, soupçonné d'avoir tué avec un pic à glace et dépecé un étudiant chinois à Montréal, avant de prendre l'avion pour la France il y a une semaine.
La police française est lancée sur la piste de Luka Rocco Magnotta, ce Canadien de 29 ans en fuite, soupçonné d'avoir tué avec un pic à glace et dépecé un étudiant chinois à Montréal, avant de prendre l'avion pour la France il y a une semaine. — afp.com

Luka Rocco Magnotta a été signalé dans  un hôtel de Bagnolet, en Seine-Saint-Denis, a-t-on appris dimanche de  source proche de l'enquête. La police, alertée par un témoin,  s'est rendue samedi dans cet hôtel. Le suspect avait quitté sa chambre  dans laquelle les enquêteurs ont retrouvé des affaires, dont des revues  pornographiques et des sacs vomitoires, de la compagnie aérienne  empruntée par le suspect entre le Canada et la France, selon cette  source.

Les policiers ont également établi que le téléphone  portable de Luka Rocco Magnotta a été repéré samedi par une borne relais  dans l'est parisien, a ajouté cette source. «Les enquêteurs sont  certains que le dépeceur est ou a été en Ile-de-France et  particulièrement à Paris depuis au moins vendredi», a précisé dimanche  matin une source policière, expliquant que cette certitude s'appuie sur  des témoignages et des éléments matériels.

Aucune indication ne permettait cependant de dire si le suspect s'y trouvait toujours dimanche.

A la trace

La police française est lancée sur la piste de Luka Rocco Magnotta, ce Canadien de 29 ans en fuite, soupçonné d'avoir tué avec un pic à glace et dépecé un étudiant chinois à Montréal, avant de prendre l'avion pour la France il y a une semaine.

Les policiers français, qui agissent dans la plus grande discrétion, effectuent des «recherches ciblées» pour tenter de retrouver la trace du «dépeceur», selon une source policière. Cette source s'est refusée à dire si ces recherches sont liées à des habitudes du suspect lors d'une ou plusieurs visites par le passé en France ou à des informations selon lesquelles il serait effectivement sur le territoire français.

Prélèvements d'empreintes

L'une de ces «recherches ciblées» a conduit les policiers à contrôler ces derniers jours un bar et deux hôtels de la rue des Batignolles, à Paris, dans le 17e arrondissement, selon cette source.

Un témoin, qui a requis l'anonymat, a dit à l'AFP avoir vu vendredi vers 23h des policiers dans le bar Le petit Batignolles, où ils ont regardé des images de vidéosurveillance, montré la photo du suspect au patron, et emporté des bouteilles de Coca-cola vides en prenant la précaution de ne pas y déposer d'empreintes. Le témoin a dit avoir entendu des policiers évoquer la possibilité d'un récent passage du suspect dans le quartier. Interrogé par l'AFP, le gérant du bar a démenti samedi avoir reçu la visite de la police.

A l'Hôtel des Batignolles, deux policiers sont venus samedi vers 4h du matin: «Ils ont demandé s'il y avait quelqu'un qui ressemblait (au suspect, ndlr). Mon collègue a dit que non», a dit un employé à l'AFP. Dans un hôtel voisin, Studio des Batignolles, deux policiers sont également passés «jeudi vers 18h» et «nous ont montré une photo en nous demandant si on l'avait vu et on l'a jamais vu», a dit un responsable, Mohamed Sbibi.

Selon des informations de la chaîne LCI, non confirmées par ailleurs samedi soir, le fugitif «aurait rencontré un témoin jugé crédible le 28 mai à Paris», et un autre contrôle aurait été effectué par la police en Seine-Saint-Denis.

Un avion vers la France le 26 mai

Selon les enquêteurs canadiens, Magnotta aurait pris l'avion de Montréal vers la France le 26 mai. «Après l'aéroport, nous avons des informations, que nous allons garder pour nous pour l'instant», avait ajouté vendredi Ian Lafrenière, porte-parole de la police de Montréal.

Des médias canadiens ont affirmé que Luka Rocco Magnotta avait déjà séjourné en France. Des photos de presse le montrent posant devant la Tour Eiffel ou le cabaret du Moulin Rouge.

Vendredi, la police française avait affirmé n'avoir «aucune certitude quant à sa présence ou non en France». «La Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) de la police judiciaire française a été saisie automatiquement jeudi après l'émission de la note de recherche d'Interpol», a précisé cette source.