Turquie: Le pianiste Fazil Say, bête noire des islamistes, jugé en octobre

avec AFP

— 

Le compositeur et pianiste turc de renom international Fazil Say sera jugé à partir du 17 octobre, accusé d'atteinte aux valeurs religieuses pour des messages jugés offensants sur l'Islam sur Twitter, a indiqué vendredi son avocate à l'AFP.
Le compositeur et pianiste turc de renom international Fazil Say sera jugé à partir du 17 octobre, accusé d'atteinte aux valeurs religieuses pour des messages jugés offensants sur l'Islam sur Twitter, a indiqué vendredi son avocate à l'AFP. — Fred Dufour afp.com

Le compositeur et pianiste turc de renom international Fazil Say sera jugé à partir du 17 octobre, accusé d'atteinte aux valeurs religieuses pour des messages jugés offensants sur l'Islam sur Twitter, a indiqué vendredi son avocate à l'AFP. «Mon client risque jusqu'à un an et demi de prison. Le procès s'ouvrira le 17 octobre devant un tribunal d'Istanbul», a déclaré Me Meltem Akyol.

Le virtuose du clavier, âgé de 42 ans, mondialement connu, sera jugé aux termes de l'article 216 du code pénal qui réprime notamment l'atteinte aux valeurs religieuses, a-t-elle expliqué. «Il sera présent à l'audience», a ajouté Meltem Akyol.

Possible exil au Japon

Le pianiste avait récemment attiré les foudres des conservateurs en Turquie par des messages sur Twitter. Affichant son athéisme, il s'était moqué de l'appel à la prière du muezzin avec à l'appui des vers du grand poète persan du XIème siècle, Omar Khayyam, critiquant la religion. Des particuliers avaient saisi la justice, s'estimant lésés par ses propos sur les réseaux sociaux.

Le virtuose, aussi célèbre pour ses talents de compositeur que pour ses interprétations du répertoire classique, avait affirmé le mois dernier n'avoir «plus d'autre voie» que de quitter la Turquie en butte, selon lui, à la montée de l'islam radical intolérant à toute autre mode de vie sous le régime du gouvernement islamo-conservateur turc, au pouvoir depuis 2002. Il a indiqué envisager de s'exiler au Japon.