Colombie: Le journaliste Roméo Langlois a été libéré par les Farc

ENLÈVEMENT l a été remis, comme promis, par les Forces armées révolutionnaires de Colombie à une mission humanitaire du CICR, mercredi...

20minutes.fr avec Reuters

— 

Le journaliste Roméo Langlois souriant lors de sa libération par les Farc. Il a été confié à la mission humanitaire du CICR (mercredi 30 mai 2012)
Le journaliste Roméo Langlois souriant lors de sa libération par les Farc. Il a été confié à la mission humanitaire du CICR (mercredi 30 mai 2012) — AFP PHOTO/Luis Acosta

Le journaliste français Roméo Langlois, le correspondant à Bogota de la chaîne France 24 enlevé le 28 avril par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), a été libéré mercredi par les rebelles. Une mission humanitaire avait été envoyée plus tôt dans la journée pour le récupérer, conformément à la demande des Farc, qui avaient promis de le libérer ce mercredi.

Roméo Langlois devrait bientôt rentrer en France, peut-être dès ce jeudi.

«Je vais bien»

Sur des images diffusées par la chaîne latino-américaine Telesur, le reporter, âgé de 35 ans, est apparu souriant au milieu d'une foule d'habitants de San Isidro, le village où il a été libéré. «Je vais bien», a-t-il assuré, ajoutant avoir été bien traité pendant sa captivité.

 

>> Les images de la chaîne Telesur sont à voir ici

«A part le fait d'avoir été retenu durant un mois, alors que j'étais blessé, tout le reste s'est bien passé, je ne peux pas me plaindre, j'ai été traité, je crois, comme n'importe quel combattant», a-t-il dit en espagnol. Sa libération a été ensuite confirmée à Paris par la chaîne France 24, puis par l'Elysée.

«On est vraiment très heureux, pendant huit jours cela a été difficile, mais après on a beaucoup été accompagnés, en particulier par les grands reporters de France 24, depuis quasiment le début», ont déclaré les parents du journaliste quelques minutes après avoir appris la libération de leur fils qui a pu leur envoyer un texto, notamment pour les rassurer sur son état de santé.

Le président français, François Hollande, a également exprimé sa «très grande joie». «Je m'associe pleinement au bonheur et au soulagement de sa famille, de ses proches ainsi que de la rédaction de France 24», a-t-il déclaré. Dans un communiqué, il a remercié en particulier «les autorités colombiennes et le Comité international de la Croix-Rouge dont l'aide a été précieuse».

Pensées d'Hollande pour les autres otages français dans le monde

Le chef de l'Etat a ajouté que ses pensées allaient aussi pour «nos compatriotes encore retenus en otages et pour la libération desquels le gouvernement continue de travailler sans relâche». Sept ressortissants français sont encore détenus de par le monde, six au Sahel et un en Somalie.

Les parents de Langlois ont également exprimé une joie mesurée. «On est très contents mais il y a d'autres otages, je pense aux familles», a dit la mère de Roméo Langlois. «On est vraiment très heureux, pendant huit jours cela a été difficile, mais après on a beaucoup été accompagnés, en particulier par les grands reporters de France 24, depuis quasiment le début», a dit de son côté le père du journaliste.

Sur une vidéo diffusée en début de semaine par Telesur, on voyait Roméo Langlois discuter avec des combattants de la guérilla et se faire soigner une blessure au bras gauche. Le journaliste avait été enlevé lors d'un accrochage avec une unité anti-drogue de l'armée dans la région de Caqueta, un bastion rebelle dans le sud de la Colombie.

La libération a eu lieu à 13h34 heure de Bogota, (20h34 heure française) dans la région de Florencia, en présence d'une délégation comprenant des représentants du Comité international de la Croix-Rouge, de l'ONG «Colombiens et Colombiennes pour la paix» dirigée par l'ex-sénatrice Piedad Cordoba et de Jean-Baptiste Chauvin, émissaire du président François Hollande, a précisé France 24 dans un communiqué.

«Les Farc ont tenu leur parole»

«De le voir sain et sauf, souriant, remis à un envoyé spécial du président de la République, c'est un vrai bonheur», a dit sur la chaîne Alain de Pouzilhac, PDG de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF), qui a rejoint les équipes de France 24 présentes en Colombie depuis plusieurs semaines.

«Je note que les Farc ont tenu leur parole», a-t-il ajouté dans un communiqué, dans lequel il remercie le gouvernement colombien, la Croix-Rouge internationale, l'ambassadeur de France en Colombie et le gouvernement français.