Les partis népalais ne s'entendent pas sur une Constitution

Avec Reuters
— 

Les partis politiques népalais ont déclaré dimanche qu'ils n'avaient pas trouvé assez de points d'accord pour élaborer une nouvelle Constitution, plongeant ainsi le pays dans une nouvelle période de flou politique.

L'entrée en vigueur d'une nouvelle Constitution, qui devait être décidée au plus tard à minuit, avait pour objectif de mettre fin à l'instabilité qui règne au Népal depuis la fin en 2006 de la guerre civile menée par les maoïstes et le renversement de la monarchie deux ans plus tard.

Le débat a cependant été envenimé lors des dernières semaines par de violentes manifestations, notamment par des groupes représentant des minorités ethniques qui souhaitent séparer le pays en plusieurs Etats autonomes. «Il n'est plus possible de promulguer la nouvelle Constitution dans les délais», a annoncé dimanche un responsable maoïste à l'issue d'une rencontre avec d'autres partis. «Cette possibilité est exclue, à 100%».

Le gouvernement népalais, mené par un maoïste et incluant des partis d'opposition, a maintenant le choix entre organiser de nouvelles élections législatives et décréter un état d'urgence qui permettrait au parlement de se maintenir en l'état pendant six mois.