Deuxième jour de l'élection présidentielle en Egypte

Reuters

— 

Les Egyptiens vont continuer de voter ce jeudi pour le premier tour de l'élection présidentielle au lendemain d'une première journée de vote marquée par une forte affluence et par l'agression d'un des candidats à la magistrature suprême.

De longues files d'attente se sont formées mercredi devant les bureaux de vote à travers l'Egypte pour le premier tour d'un scrutin historique qui doit désigner parmi douze candidats le successeur d'Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par la rue le 11 février 2011.

«J'irai voter jeudi pour éviter la foule. Je soutiens Amr Moussa. Il connaît le pays et a de l'expérience. J'ai voté pour le parti des Frères musulmans lors des élections législatives mais nous n'avons rien reçu d'eux», explique Fouad Mahmoud, 57 ans. Le scrutin, qui s'étale sur deux jours, constitue une étape cruciale dans la transition démocratique marquée par des manifestations, des violences et des querelles politiques.

>>Le point sur ce scrutin historique, c'est à lire ici

Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), soupçonné de vouloir conserver une grande partie de ses prérogatives, s'est engagé à remettre le pouvoir au nouveau président élu le 1er juillet prochain.

L'élection présidentielle met aux prises des islamistes, le Frère musulman Mohamed Morsi et le dissident de la confrérie Abdel Moneim Aboul Fotouh, à des «libéraux» incarnant une forme de continuité avec l'ancien régime, l'ex-ministre Amr Moussa et Ahmed Chafik, favori de l'armée et de la minorité chrétienne copte.

Mohamed Morsi fait la course en tête à l'issue du vote de mercredi, selon la confrérie islamiste et l'équipe de campagne d'Amr Moussa qui place l'ancien secrétaire général de la Ligue arabe en deuxième position. «C'est la première fois de ma vie que je vote. Je ne participais pas aux élections avant parce que nous savions qui serait le président. C'est la première fois que nous l'ignorons», indique Mohamed Mustafa, un ingénieur de 52 ans, au Caire.