Le Yémen célèbre l'anniversaire de son unification au lendemain d'un attentat sanglant

avec AFP

— 

Près de 100 soldats ont été tués lundi dans un attentat suicide commis par Al-Qaïda à Sanaa, qui a raté de peu le ministre de la Défense et menacé de frapper à nouveau l'armée engagée dans une vaste offensive contre le réseau extrémiste dans le sud du Yémen.
Près de 100 soldats ont été tués lundi dans un attentat suicide commis par Al-Qaïda à Sanaa, qui a raté de peu le ministre de la Défense et menacé de frapper à nouveau l'armée engagée dans une vaste offensive contre le réseau extrémiste dans le sud du Yémen. — Mohammed Huwais afp.com

Le Yémen célèbre ce mardi l'anniversaire de son unification dans un climat alourdi par un attentat suicide sanglant d'Al-Qaida contre l'armée ayant provoqué à Sanaa la mort de près de 100 soldats.

Al-Qaida, qui a raté de peu le ministre de la Défense, a menacé de frapper à nouveau l'armée engagée dans une vaste offensive contre le réseau extrémiste dans le sud du Yémen. Cet attentat est le premier de cette ampleur à Sanaa depuis l'accession au pouvoir en février du président Abd Rabbo Mansour Hadi qui a promis dans un communiqué de poursuivre «la guerre contre le terrorisme quels que soient les sacrifices».

«Les Etats-Unis sont très préoccupés par les activités d'Al-Qaïda et des extrémistes au Yémen», a réagi le président Barack Obama, confiant que les Etats-Unis coopéraient avec le gouvernement yéménite pour tenter d'identifier les dirigeants du réseau clandestin dans ce pays. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a, quant à lui, «fermement condamné» l'attaque et «demandé à tous au Yémen de rejeter le recours à la violence sous toutes ses formes».

Quatre-vingt-seize militaires ont péri

Dans le même temps, les 15 pays membres du Conseil de sécurité, après avoir dénoncé l'attentat «dans les termes les plus fermes», ont réaffirmé «leur détermination à combattre toutes les formes de terrorisme», qui «représente une des plus graves menaces pour la paix et la sécurité internationales».

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Catherine Ashton, qui a fait part de «sa totale condamnation du terrible et brutal attentat», a, pour sa part, souligné que l'UE était «profondément préoccupée par toutes les tentatives de faire dérailler la transition au Yémen», tandis que «la France continuera de soutenir le gouvernement et le peuple yéménites dans leur lutte contre le terrorisme», a promis le président François Hollande.

Quatre-vingt-seize militaires ont péri dans l'attentat commis par un soldat qui s'est fait exploser au milieu de ses camarades s'entraînant pour un défilé sur la place Sabiine. Près de 300 autres ont été blessés, selon des sources hospitalières.