Le dalaï-lama accuse la Chine d'avoir voulu l'empoisonner

MONDE De fausses femmes malades venus le voir auraient eu les cheveux et les vêtements imprégnés de poison...

Avec Reuters

— 

Le dalaï-lama, le 27 avril 2012, à Ottawa (Canada).
Le dalaï-lama, le 27 avril 2012, à Ottawa (Canada). — P.DOYLE / REUTERS

Le dalaï-lama, chef spirituel des bouddhistes tibétains, n'exclut pas que les services secrets chinois aient tenté de l'assassiner en lui envoyant des femmes aux vêtements et aux cheveux imprégnés de poison.

Interrogé à ce sujet par l'hebdomadaire britannique Sunday Telegraph, il a répondu: «Oh oui. Les cheveux et le foulard imprégnés de poison, elles disent qu'elles sont malades et veulent que je leur donne ma bénédiction pour que mes mains les touchent. C'est le genre de renseignements que nous avons reçu». «Je ne sais pas si c'est fiable à 100% car c'est impossible à vérifier», a-t-il ajouté dans une vidéo mise en ligne sur le site Internet du journal.

Âgé de 76 ans, le prix Nobel de la paix 1989 recevra lundi dans la cathédrale Saint-Paul de Londres le prix Templeton qui récompense les activités caritatives ou le dévouement dans l'entraide et la compréhension inter-religieuse. La Chine contrôle le Tibet depuis 1950. Les autorités chinoises accusent régulièrement les Tibétains en exil, et en particulier le dalaï-lama, de susciter les révoltes de la population tibétaine contre sa politique.