Le président chypriote vilipende le parti grec Aube dorée

Reuters

— 

Le président de la République de Chypre, Demetris Christofias, d'obédience communiste, s'en est pris violemment ce mercredi au parti d'extrême droite grec Aube dorée, estimant que sa percée aux législatives du 6 mai étaient une insulte à l'histoire moderne de la Grèce.

La République de Chypre, plus proche alliée de la Grèce, évite généralement de se mêler des questions de politique intérieure grecque, mais les progrès de l'extrême droite ont touché une corde sensible sur l'île d'Aphrodite, partagée entre le Nord turc et le Sud grec depuis près de 40 ans.

«C'est stupéfié et horrifié que nous voyons un mouvement défini comme nazi et fasciste recueillir 7%, soit 450.000 voix», a déclaré le chef de l'Etat dans un discours à Nicosie, la capitale. Aube dorée, qui entretiendrait des relations privilégiées avec l'organisation nationaliste chypriote ELAM, dément être néo-nazi. Il est la première formation d'extrême droite à faire son entrée au Parlement grec depuis la chute du régime des colonels en 1974.