Québec: L'accord pour mettre fin au conflit étudiant finalement contesté

© 2012 AFP

— 

Les étudiants de plusieurs universités et lycées du Québec ont voté mardi contre l'entente de principe avec le gouvernement et pour la poursuite de la plus importante grève estudiantine de l'histoire du pays.
Les étudiants de plusieurs universités et lycées du Québec ont voté mardi contre l'entente de principe avec le gouvernement et pour la poursuite de la plus importante grève estudiantine de l'histoire du pays. — Rogerio Barbosa afp.com

Les étudiants de plusieurs universités et lycées du Québec ont voté mardi contre l'entente de principe avec le gouvernement et pour la poursuite de la plus importante grève estudiantine de l'histoire du pays.

Ces votes par une dizaine d'associations de Cégep (collège universitaire) et de départements d'université s'ajoutent à celui, la veille, d'une douzaine d'organisations. Les consultations et les assemblées générales doivent se poursuivre tout au long de la semaine sur un accord de principe intervenu samedi entre les leaders étudiants et le gouvernement de la province francophone confronté depuis la mi-février à une fronde étudiante opposée à la hausse des droits de scolarité.

Des précisions demandées

Les fédérations étudiantes ont indiqué que l'entente paraphée samedi ne correspondait pas tout à fait à ce qu'elles avaient conclu verbalement lors des pourparlers, et ont donc demandé des précisions. Aux termes de l'accord, les droits de scolarité à l'université vont augmenter de 1.780 dollars sur sept ans (environ 254 dollars/an, soit 190 euros) pour les porter à près de 4.000 dollars (environ 3.000 euros) par année, plus près de la moyenne nord-américaine. En contrepartie, les frais annexes imposés aux étudiants par les universités seraient réduits en fonction d'économies qui pourraient être identifiées par un comité qui examinera le mode de gestion des établissements.

C'est sur ce dernier point que des divergences majeures sont apparues, renforcées par des déclarations faites depuis dimanche par le Premier ministre du Québec, Jean Charest, et la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, qui ont affirmé qu'il pourrait bien ne pas y avoir de diminution des frais annexes. Des manifestations étudiantes ont eu à nouveau lieu à Montréal lundi soir et mardi matin, sans incidents majeurs.