Obama face à une «période difficile» comme Sarkozy

© 2012 AFP

— 

Le président américain Barack Obama a évoqué une "période difficile" en rendant hommage à son homologue français Nicolas Sarkozy après sa défaite, allusion à la crise économique qui pèse aussi sur sa propre candidature à un second mandat en novembre
Le président américain Barack Obama a évoqué une "période difficile" en rendant hommage à son homologue français Nicolas Sarkozy après sa défaite, allusion à la crise économique qui pèse aussi sur sa propre candidature à un second mandat en novembre — Mandel Ngan afp.com

Barack Obama a évoqué une «période difficile» en rendant hommage à son homologue français Nicolas Sarkozy après sa défaite, allusion à la crise économique qui pèse aussi sur sa propre candidature à un second mandat en novembre. Comme ses ex-partenaires européens, le président américain, qui briguera un second mandat de quatre ans le 6 novembre, fait face à des circonstances ardues: un taux de chômage élevé, une dette publique énorme et une classe moyenne pessimiste.

En outre, la persistance de la crise de la dette dans la zone euro fait peser une menace sur la reprise américaine. «Il existe une loi universelle sur les élections, c'est que c'est l'économie qui est importante et la façon dont les gens ressentent la conjoncture, qu'elle aille mieux ou plus mal», remarque Heather Conley, experte en politique européenne au CSIS, un groupe de réflexion de Washington. Selon un sondage publié lundi par le journal spécialisé Politico, Barack Obama domine le républicain Mitt Romney sur les thèmes de politique étrangère, de défense de la classe moyenne et des valeurs.

Mais les Américains sont seulement 48% à estimer qu'il ferait mieux que son adversaire (46%) pour créer des emplois. Et Mitt Romney dépasse le président sortant de trois points en terme de confiance sur la gestion de l'économie. Le système électoral américain pour la présidentielle, avec des grands électeurs désignés Etat par Etat, pourrait toutefois protéger Barack Obama, certaines régions-clé ayant repris des couleurs depuis la récession de 2007-2009. Et même si l'emploi reste un sujet d'inquiétude, le taux de chômage officiel est redescendu à 8,1% en avril, encore loin des 5% de début 2008, mais en baisse sensible par rapport aux 10% atteints au plus fort de la crise. Et les Etats-Unis, contrairement à de nombreux pays européens, sont en croissance.