Le primat de l'Eglise irlandaise refuse démissionner

Reuters

— 

Le primat de l'Eglise catholique irlandaise a présenté ses excuses lundi aux victimes d'un prêtre pédophile mais a balayé les appels à la démission lancés après la diffusion d'un documentaire selon lequel il a tu ses méfaits.

La BBC, dont l'enquête a été diffusée mardi, affirme que l'une des victimes nommée Brendan Boland a donné en 1975 les noms et adresses des enfants abusés par le père Brendan Smyth au cardinal Sean Brady, qui n'a rien fait pour les protéger. «Je lui présente mes excuses (à Brendan Boland) sans hésiter ainsi qu'à toutes les victimes», a déclaré le prélat interrogé lundi par la télévision publique. Trois des quatre grands partis irlandais ainsi que le vice-Premier ministre nord-irlandais Martin McGuinness l'ont invité à renoncer à ses fonctions.

«J'ai entendu ces appels mais j'ai aussi entendu ceux, très nombreux, des gens qui veulent que je reste (...) Je conserve mes responsabilités», a ajouté le cardinal.

Deux des victimes dont l'identité lui a été communiquée ont continué à subir les sévices du prêtre longtemps après l'enquête menée par l'Eglise et les sévices commis par le père Smyth, décédé en 1997, se sont poursuivis pendant quinze ans.