Turquie: L'ex-chef des armées boycotte son procès

Reuters

— 

Le général Ilker Basbug, ancien chef d'état-major des armées turques, ne s'est pas présenté lors de l'ouverture du procès collectif concernant des complots présumés contre l'Etat, ont rapporté des témoins. Le général entendait ainsi, semble-t-il, manifester sa mauvaise volonté contre la décision des juges de joindre son cas avec d'autres enquêtes en vue de renverser le régime en place.

Le tribunal a tenu ce lundi sa première audience en regroupant une série de procès concernant des membres présumés du réseau nationaliste Ergenekon. Ce réseau, mis au jour en 2007, est soupçonné d'avoir tenté de déstabiliser et, in fine, de renverser le gouvernement AKP, issu de la mouvance islamiste, du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan.

256 inculpés

Au total, 16 chefs d'inculpation ont été préparés à l'encontre des accusés dont les dossiers ont été regroupés en une seule affaire jugée par un tribunal de Silivri, à l'extérieur d'Istanbul, où de nombreux suspects attendent leur procès dans une prison de haute sécurité attenante.

Au total, 256 inculpés sont censés s'y retrouver au banc des accusés, dans une salle trop petite pour les accueillir tous ensemble. 61 accusés, y compris le général Basbug dont l'arrestation en janvier avait choqué ses compatriotes, sont l'objet de longues peines de détention préventive.

Le général Basbug, surnommé «Le Pacha» pour avoir commandé l'état-major des armées de 2008 à 2010, a qualifié de «tragi-comique» l'accusation selon laquelle il dirigeait une organisation terroriste.